Comment j’ai tonifié mes abdos avec le SUP cet été

Alors que l’été nous échappe (déjà), j’en profite pour m’adonner autant que je peux à ce qui fût mon coup de cœur sportif estival : le SUP ou stand up paddle, plus communément appelé « être debout sur une espèce de planche de surf avec une grande pagaie »…

Car oui, le SUP en France n’est pas encore très connu et n’en est qu’à ses balbutiements, mais gageons que l’été prochain, ce sera la folie !

Et pour cause, outre le plaisir que j’ai ressenti à pagayer sous le soleil dans les eaux calmes et agitées, le paddle se révèle être une vraie activité physique, surtout en mer, et il faut parfois sortir les biscotos !

Le paddle tonifie tout le corps

Avec le paddle, on peut très bien ressentir les mêmes choses que dans une salle de fitness, à savoir renforcer ses muscles et dessiner son corps, car le SUP, ça travaille tous les muscles, contrairement au vélo par exemple.

Une fois sur votre planche, tous les groupes musculaires vont être recrutés, les épaules, les bras, les avant-bras, la sangle abdominale (particulièrement), les dorsaux, les fessiers, les cuisses, bref, toute la chaîne postérieure.

C’est simple, la première fois que j’ai pratiqué en juin dernier, j’ai eu des courbatures partout dans mon petit corps le lendemain. Je ne sais pas si c’était dû au type de mon paddle, car j’ai acheté un paddle gonflable, sur les conseils de mypaddle.com pour l’occasion (vivant près de la mer, je le rentabilise !) et peut être que ce dernier contraint plus le corps à aller rechercher une stabilité que ne le ferait un paddle rigide ?

Le cœur n’est pas en reste, dès les premiers coups de pagaie je sentais mon palpitant qui s’agitait.

C’est vraiment le gros point fort du paddle, on travaille absolument tout, l’instabilité induite par la planche nous pousse à recruter tous les muscles périphériques, mais aussi et surtout, nos muscles profonds stabilisateurs (à l’instar de ce que ferait un bon gainage).

Cela demande toutefois d’avoir acquis un certain niveau d’équilibre et de confiance sur la planche. Si ce ne sont pas des postures yogiques, vous pouvez tout aussi bien faire des exercices spécifiques de renforcement à la fin de votre session de SUP.

Commencez par une série de renforcement de base, puis passez à des mouvements abdominaux comme des crunchs.

Ces mouvements seront doublement efficaces, car vous devrez travailler plus pour maintenir l’équilibre, vous irez donc chercher vos abdos profonds. À effort égal, vous brûleriez plus de calories sur l’eau que si vous effectuez ces exercices au sol !

Pour un entrainement efficace, assurez-vous que votre position sur la planche soit optimale, à savoir les pieds bien dans l’axe, le corps bien positionné au milieu avec le poids corporel réparti de manière à ce que vous ayez un bon équilibre. Votre torse doit rester droit et vos genoux légèrement pliés.

Pour une bonne sollicitation des abdos pendant que vous pagayez, l’idéal est de garder les bras droits: ainsi c’est le torse qui pivote. Le mouvement de la pagaie doit être long (vous devez aller chercher loin) et régulier (même intensité d’un mouvement à l’autre.

En conclusion

L’autre point positif comparé à une salle de fitness, c’est qu’on est tout de même « les pieds dans l’eau », dans un environnement extérieur, et qu’au moindre coup de chaud, on peut plonger se rafraichir.

Bon je ne vous dis pas pour autant de laisser tomber votre salle de sport hein, mais variez les plaisirs ! Sortez, allez pratiquer le SUP, pour les yogistes il existe même un dérivé qui est le SUP Yoga !

Voilà pour mes conseils, entrainez-vous sur un plan d’eau que vous connaissez, une fois que vous maitrisez, essayez d’améliorer vos performances et vos sensations en participant à des courses !

Partage les formes de ton prochains =)Share on Facebook0Tweet about this on Twitter
This entry was posted in Fitness.