Courir pied nu, le panard absolu ?

Face aux différentes difficultés que les athlètes rencontrent aux entrainements ou en compétitions, il est inimaginable de penser que certains d’entre eux pourraient s’aventurer à pratiquer une course les pieds nus.

Toutefois, ce n’est pas une pratique qui n’a jamais existé. De nos jours, cette nouvelle tendance se fait remarquer par le grand nombre de pratiquants qu’elle draine à travers le monde. Ne serait-ce pas à juste titre que l’on s’interroge sur les raisons qui sous-tendent ce retour à la source ?

Quels sont les avantages et inconvénients de cette pratique ? Est-ce donc une bonne idée que de se débarrasser des paires de chaussures pour courir les pieds nus?

Historique du trail running

Encore appelé trail, le trail running est un sport de course à pied sur une longue distance en milieu naturel, sur des chemins de terre et des sentiers de randonnée sur terre plate, en montagne ou en forêt.

L’origine du trail est, à certains moments, rattachée à la tradition des courses en montagne organisées depuis plusieurs siècles dans les îles Britanniques.

Depuis lors, le trail attire de plus en plus de pratiquants de par le monde, se multiplie dans les villes et le plaisir du running devient un évènement de société. De tous ces pratiquants à travers le monde, certains ont préféré le faire à pied nu. D’où la naissance d’un nouveau mouvement appelé le barefoot running.

Qu’est-ce que le barefoot running ?

Venant des États-Unis, le barefoot running est un sport qui consiste à courir les pieds nus ou en une nouvelle sorte de chaussure adaptée pour à la rigueur.

Depuis 1950, le nombre de pratiquants de ce sport ne cesse de grimper, non seulement au niveau des amateurs, mais aussi du côté des professionnels. Ainsi, plusieurs de ces athlètes de renom ont été sacrés champions olympiques en pratiquant leur course les pieds nus. Cette pratique a vu le jour grâce à Ken Bob Saxton, originaire de la Californie.

En effet, selon le biomécanicien Daniel E. Liebermann, cité par Christopher McDougall dans son ouvrage « Born to run », une course attaquée par la plante du pied sans semelle était meilleure, car elle dégradait moins le corps.

C’est une pratique qui consiste à se lancer dans la course sur la plante du pied qui touche directement le sol alors que les ordinaires chaussures de course à pied empêchent ce mouvement naturel. Dans le but de remédier à cette entrave, plusieurs chaussures dites minimalistes ont été fabriquées.

Chaussure minimaliste pour courir pied nu mais pas trop !

Une chaussure minimaliste ou chaussure à amortie réduite est une chaussure qui favorise les mouvements ordinaires du pied, grâce à sa souplesse, sa faible inclinaison, son poids réduit, sa faible épaisseur.

Il en existe de différentes marques à savoir : Vibram FiveFingers, Asics, Brooks, Newton, New Balance, Hoca One One, Puma, Saucony, Skechers, Nike Free, Adidas, Inov, Mizuno Wave Evo Levitas et bien d’autres.

Technique de course

À l’instar de tous les sports, la course à pieds nus se fait avec une technique bien précise. En effet, la majorité des coureurs atterrissaient autrefois sur le talon, car l’impact du corps est amorti par les larges semelles qui sont mises au niveau du talon des chaussures.

Cette technique est incompatible avec la course à pieds nus ou à chaussures minimalistes et peut causer des pathologies comme les fractures de fatigue liées à l’impact du pied au sol ou la périostite. À l’évidence, la pronation ne permet pas la répétition exacte des mêmes enjambées.

Pratiquer la bonne technique consiste à atterrir sur la plante des pieds. Ceci génère moins d’impact au moment où le pied frappe le sol et permet de ce fait une meilleure position.

Avantages et inconvénients du barefoot running

Cette dernière décennie, plusieurs travaux scientifiques ont été faits autour de ce sujet. Les plus connus émanent des recherches des médecins spécialistes tels que Daniel Liebermann et J. Stoxen.

Avantages

Les avantages du barefoot running sont salutaires. Non seulement la course à pieds nus favorise les mouvements naturels du corps, mais elle tonifie également les muscles, les tendons et les ligaments.

De même, le tendon d’Achille est renforcé aussi bien que les mollets, réduisant ainsi les risques de blessure ; améliore l’équilibre et la proprioception, diminue le temps d’appui au sol et augmente la fréquence de la foulée.

Inconvénients

Les inconvénients de cette pratique ne sont pas négligeables. En effet, courir pieds nus, n’étant pas une habitude pour le corps, nécessite une période d’adaptation relativement lente. De même, les chaussures mettent le coureur à l’abri des objets tranchants au sol.

Aussi les risques d’ampoules sont-ils grands les premiers jours de pratique. Enfin, elle peut entrainer l’affaiblissement de certains muscles et conduire à différentes blessures.

En définitive, plusieurs raisons sous-tendent ce retour à la source. Cependant, il revient à chacun, se basant sur les avantages et inconvénients précédemment cités, de décider de ce qui lui convient.

Courir à jeun, bon ou pas ?

Courir est l’une des meilleures activités sportives que l’homme puisse faire régulièrement pour son bien-être. Au-delà de ses bienfaits physiologiques à l’organisme, cette activité réalisée dans certaines conditions comme dans le cas d’un jeûne permet d’améliorer l’endurance et constitue un excellent remède pour la perte de poids.

Cependant, si cette méthode se trouve être avantageuse à certains égards, elle pourrait tout de même présenter quelques dangers à l’organisme si certaines règles ne sont pas observées avant son exécution.

L’idée même de courir à jeun

Alors en quoi consiste réellement cette méthode originale qui a fait la force d’entrainement de nombreux athlètes chevronnés à travers le monde ?

L’idée de courir à jeun repose sur le principe selon lequel il faut se garder de consommer une nourriture quelconque pendant un temps considérable avant de commencer ses activités physiques sportives, notamment sa course à pied. Toutefois, il faudrait juste se contenter de boire un verre d’eau ou une tasse de thé sans y ajouter du sucre.

Si dans la pratique, courir avec la faim durant une trentaine de minutes a l’air d’une partie de plaisir pour certains sportifs suffisamment préparés qui ont eu à l’adopter à plusieurs reprises au cours de leurs entrainements, c’est tout à fait le contraire chez d’autres personnes qui sont encore réticentes à l’idée de s’adonner à cette merveilleuse méthode qui apporte de nombreux avantages à ses adeptes.

Quels sont les avantages à courir à jeun ?

Généralement, certaines personnes veulent donner un sens à tout ce qu’ils font. Si bien qu’il n’est pas rare de les entendre dire : « il est inutile de courir sans un objectif réel » ou encore « courir à pied le ventre vide ? Il faut être vraiment fou pour s’adonner à cela ».

Il ne fait aucun doute que ces personnes ne comprennent pas réellement les bienfaits liés à une course physique à pied, encore moins lorsqu’elle est réalisée à jeun.

La pratique régulière du footing à jeun est un des meilleurs moyen sur cette Terre pour perdre du poids et donner à son corps une allure esthétique. Si vous faites partie de ces personnes qui, voulant faire quelques pompes, se rendent compte que certaines parties de leur corps ont du mal à quitter le sol et finissent par s’y coucher en deux ou trois mouvements seulement, il n’est pas encore trop tard ! C’est le moment pour vous de commencer à vous exercer dans la course à jeun. Vous serez surpris par le résultat.

Au cours d’une séance de footing à jeun, les muscles sont fortement sollicités, l’organisme se trouve obligé de puiser dans des réserves de lipides pour alimenter les muscles, car pendant la nuit les réserves de glycogène sont utilisées pour assurer d’une part un maintien constant du taux de glycémie et alimenter certains organes d’autre part.

Courir à jeun permet donc de mobiliser une consommation suffisamment importante de graisses stockées dans l’organisme ; ce qui est nécessaire pour la perte du poids.

Une étude réalisée en 1995, sur des étudiants bien portants, à Kansas State University corrobore ce phénomène. L’étude conclut que la graisse est consommée plus rapidement pour une même activité sportive exécutée le matin à jeun plutôt qu’après avoir pris un petit-déjeuner si l’on fournit la même quantité d’énergie.

Dans ce cas, le pourcentage de graisses consommées pourrait atteindre à jeun 67% contre 50% après un repas.

(Source : Wilcox, Harford & Wedel Medicine & Science in Sports and Exercise, 17:2, 1985)

Le footing à jeun permet également d’améliorer son endurance, car son exercice régulier habitue l’organisme à développer des capacités nécessaires à l’utilisation efficace de l’oxygène pour bruler les lipides ou le glucose pendant le métabolisme en vue de la contraction prolongée des muscles.

Quels sont les inconvénients de courir à jeun ?

Si courir à jeun présente de nombreux avantages, il n’en demeure pas moins que sa pratique à répétition prolongée ou abusée pourrait être source de dangers, surtout chez un coureur occasionnel non expérimenté ou chez une personne affaiblie physiquement.

Cet exercice est donc fortement déconseillé à ces catégories de personnes qui risquent de s’exposer à des états d’épuisement importants, accompagnés de violents maux de tête et parfois de troubles gastriques, diarrhée, constipation, etc.

De plus, courir à jeun peut être dangereux pour une personne dont le régime en glucides est pauvre, car ce dernier s’exposerait à la fonte musculaire qui est très néfaste pour la santé. Par ailleurs, courir à jeun pourrait aussi être source parfois de crises d’hypoglycémie.

Enfin, évitez surtout de vous lancer dès votre premier réveil dans une course à jeun dans tout le quartier comme une personne qui essaye de fuir une catastrophe naturelle. De meilleures précautions doivent donc être prises au préalable, quant à la consommation la veille (manger des glucides) et à la bonne préparation physique après le réveil. C’est primordial avant tout départ.